Déjà on tourne le dos à l'embouchure de la Meuse pour ne plus regarder que la fabuleuse Rotterdam. Pendant six semaines nous avons parcouru les rives de la Meuse de sa source à son embouchure, tranquillement, en prenant le temps d'apprécier chaque portion de territoire que nous avons découvert, en France, en Belgique et aux Pays Bas. Ce voyage reste l'un des plus lumineux qu'il nous ait été donné de faire. Lumineux non pas essentiellemnt par la lumière du ciel mais pour ce qu'il recelait en lui de découvertes.

J'ai souhaité découvrir Rotterdam en dernier lieu. N'étant pas fan des villes en général j'avais quand même misé sur cette métropole pour son architecture contemporaine  et je n'ai pas été déçue.

Arrivés de Schiedam en métro nous sommes descendus à la station Beurs près de l'hôtel de ville. Bombardée en 1940 Rotterdam a fait le choix de sa reconstruction : modernisme et avant -gardisme. Il reste peu de vestiges d'avant-guerre. L'hôtel de ville et l'office de tourisme installé dans une maison ancienne entourée de gratte-ciel en sont les rares témoins. Pour le reste : larges avenues et immeubles renversants !

 Du métro Beurs sur Coolsingel à Havenmuseum...

rot cent 1

Stadhuis

rot 7

 rot cent 5

la suite en album ci dessous

A la découverte du premier port de Rotterdam aujourd'hui devenu musée à ciel ouvert.

clic sur le lien

Au delà du pont de la Régente deux mondes se font face, un ancien quartier dominé par ce qui fut longtemps le plus haut gratte-ciel de la ville, "la maison blanche". Construite entre 1897 et 1898 cette demeure est haute de 43 mètres et compte 10 étages. Sur le même quai se trouve le musée des mariniers. Face à ce quartier celui de Wijnhaven aligne ses tours de verre et d'acier.

rot wijnhaven 6

rot wijnhaven 8

rot wijnhaven

D'un quai à l'autre, quel saisissant contraste

rot wijnhaven 2

  Sur notre gauche s'ouvre un nouveau bassin : Oude Haven, le vieux port. Là aussi les mondes et les époques s'entrechoquent.

rot wijnhaven 11

On peut vivre sur une péniche et faire sécher son linge au grand air...

rot wijnhaven 7

...sous les fenêtres des maisons cubes :Kijk-Kubus de Piet Blom qui s'achètent à prix d'or.

rot wijnhaven13

J'aime bien ce quartier dont les terrasses sont  prises d'assaut par les rotterdamois au premier rayon de soleil.

winjnhaven 3

rot wijnhaven 12

rot wijnhaven 10

clic sur lien

 

rot wijnhaven 9

On passe sous les maisons Kubik et on traverse une large avenue pour déboucher dans une zone relativement dépourvue de buildings.

Un immeuble toutefois a un air de déjà vu, on dirait un clône de notre Beaubourg. Station de métro Blaak. Dans ce quartier, bibliothèque centrale, Markthal et église Saint Laurent.

Métro Blaak

markt 4

markt 3

Au pied de la station de métro on gare son mode de locomotion.

markt 2

Mais qu'est-ce que c'est que cette espèce de gros hangar à avions ?

markt 1

C'est le Markthal. Le marché couvert. Plus on s'en approche et plus la sensation d'extrordinaire et de gigantisme me donnent le vertige.

Les vitres réflètent l'extérieur et l'intérieur transparaît à l'extérieur  si bien qu'on ne sait plus trop où l'on est. Cet édifice est une merveille. Il a été conçu par Winy Maas, il repose à la façon des immeubles vénitiens sur 2500 pilotis qui constituent son socle. Il mesure 40 mètres de hauteur. Au centre de l'édifice le marché avec une centaine d'étals et de boutiques, huit restaurants. Et tout autour et au dessus du marché comme pour en faire un véritable écrin, des appartements, deux cent trente huits exactement, dont les fenêtres donnent sur l'intérieur ! Et que dire de la fresque géante qui habille l'intérieur : une débauche de couleurs, de fruits, de fleurs, d'animaux... Ce marché est un rêve éveillé ! La fresque monumentale est l'oeuvre de Arno Coenen. L'ensemble est relativement récent puisqu'il date de 2014.

markt 5

 Allons faire notre marché !

agrandir, mettre le son...

 

 

A la sortie du marché s'ouvre un vaste espace de verdure où les gens jouent ou paressent allongés au soleil.

markt 6

markt 7

Un peu plus loin se dresse le clocher de l'église Saint Laurent, elle est le seul vestige moyenâgeux de Rotterdam. Elle fut construite entre 1449 et 1525 et restaurée après les bombardements de 1940, on peut y voir les tombeaux de plusieurs amiraux et pas moins de quatre orgues. Malheureusement pour nous elle était fermée lors de notre passage.

erasme

 

 

 J'aurai bien dansé la salsa mais je n'ai pas osé solliciter un danseur. Nous échappons à la foule du marché qui se tient dans les rues adjacentes et revenons vers l'hôtel de ville. De là on prend un tram pour passer de l'autre côté de la Meuse vers les quartiers sud qui bordent le port. Là où la ville n'en fini pas de grandir et d'offrir aux architectes la possibilité de créer des immeubles résolument ancrés dans les XXième siècle.

Aujourd'hui c'est la finale du triathlon de Rotterdam. La circulation est donc très réglementée. Avec  le tram pas de problème de plus on profite de la vue sur la Meuse (nieuwe maas), sur le fabuleux pont Erasmus, sur l'île Norde Reiland et les gratte ciel qui défient l'apesanteur.

Erasmusbrug

rot sud 8

Ce pont long de 800 mètres enjambe la nouvelle Meuse et relie les quartiers de Leuvehaven au quartier du Kop van Zuid où poussent les gratte-ciel. Son pylône haut de 139 mètres supporte une rangée de quarante câbles, conçu par Ben Van Berkel et inauguré en 1996 il est affectueusement surnommé le Cygne.

la nouvelle Meuse

rot sud 2

Norde Reiland

rot sud 3

rot sud 4

 

 

Cette fois c'est à pied que nous revenons vers le centre ville en empruntant Erasmusbrug et en profitant du passage des coureurs du triathlon.  Pour rentrer sur Schiedam on choisi l'option tram jusqu'à Marcoplein ensuite ce cera le métro jusqu'à Parkweg. Bonne option puisque nous continuons ainsi notre visite de la ville notant au passage toutes les singularités qu'elle recèle et qui nous donnent envie de revenir très vite à Rotterdam.

rot1

 

 *****

 En conclusion

Ces six semaines au fil de la Meuse ont été très enrichissantes. Nous avons découvert des petits coins secrets et de grandes villes.  Nous avons été bien accueillis partout, France, Belgique, Pays-Bas.

Pédaler au plus prêt du fleuve est une belle expérience.

Un grand merci à tous ceux que nous avons rencontré avec qui nous avons échangé, à tous ceux qui nous ont aidé, conseillés quand nous ne parlions pas la langue du pays.

Mention spéciale pour  Christian (LVSC) et ses conseils, Carole et John nos voisins anglais de camping car à Monthermé, les dames de la capitainerie de Monthermé , les pompiers de Monthermé, le guide de l'abbaye de Maredsous, le serveur breton de "A Pilori" à Liège, les dames de Gorinchem pour leur aide à l'horodateur, la jeune fille de la pâtisserie de Delfshaven, les employés du Métro- Tram de Schiedam et Marcoplein.